C'est l'heure de rentrer, le bar va fermer

Publié le par Zizanie

Je discutais avec un ami sur la connerie des gens ou « comment on en arrive à voter Sarkozy ». En fait, c’est parti de « les filles sont pas intéressantes, mais c’est la société qui veut ça, comme c’est la société qui veut que je pense ça ». Ouais, mais la société est faite des gens qui la composent, même si son influence finit par dépasser le groupe, blablabla, on s’en tape.

Il continue avec « ouais mais toi, c’est pas pareil ». Ouais, mais moi, je suis une fille, pourtant, je vis à la même époque et dans le même pays qu’elles. Donc la même société.
Je dis que c’est une histoire d’esprit critique, qu’on a développé ou pas.
Il part sur des histoires de contexte socio-culturel. Certes. Evidemment que. Evidemment qu’il faut l’aider à se développer. Ça ne s’inculque pas, l’esprit critique. Un supporter du PSG qui aurait fait un stage lavage de cerveau pour apprendre à développer son esprit critique n’en resterait pas moins un crétin.

Et puis, même des gens issus de milieux pas forcément favorisés, socio-culturellement  parlant, arrivent quand même à le développer. Comment t’explique ça ?
Evidemment, j’exclus d’office l’argument de l’intelligence. Je déteste ce mot. L’intelligence, ça veut rien dire.
Pas celui de la prédisposition. Mais pas de la prédisposition à l’intelligence. Plutôt une question de sensibilité. Je ne parle pas de celle qui te fait chialer à la fin de Titanic, hein. Une manière de percevoir le monde qui nous entoure. Cette sensibilité là.

Il y a des gens qui sont plus limités que d’autres. Des gens qui n’arriveront jamais à voir ce que d’autres voient sans faire d’effort. Des gens qui n’auront jamais suffisamment de recul pour développer leur sens critique. Des gens qui passeront complètement à côté. Et qui pourront vivre très heureux quand même. Il est justement plus difficile de l’être quand on en est pourvu. Pas impossible, hein. On va pas commencer avec les artistes maudits, sinon on n’est pas sorti de l’auberge.

D’ailleurs, les artistes, quels qu’ils soient font partie de la catégorie des gens disposant d’une sensibilité plus développée. Enfin la grande majorité en tout cas. J’irai pas vérifier ce qu’il en est pour Lorie, ça ne m’intéresse pas.
Le monde est coupé en deux, ceux qui le vivent et ceux qui le comprennent. Qui peuvent éventuellement le vivre, accessoirement. Ceux qui ont appris à développer leur sens critique. Et ceux qui ont appris à bêler.

Il y en a qui passeront définitivement à côté. Certaines de mes connaissances, par exemple. J’essaye de lancer des débats, de les pousser à trouver des arguments. Ils restent campés sur leurs positions. Je suis plutôt bornée, comme nana, mais là, c’est juste parce qu’ils sont à court d’arguments. Alors ils te balancent : « Toi, t’es une sale idéaliste, de toutes façons, et le monde, c’est comme ça qu’il marche ! ».
D’abord, je ne suis pas qu’idéaliste. Bon, d’accord, je le suis complètement. Je suis surtout définitivement anticapitaliste, antimilitariste, anticléricale, contre toute forme de pouvoir et de dogmes quoi. Parce qu’estime malgré tout que chacun est capable de penser par lui-même et de savoir ce qu’il lui convient, et que personne n’est plus à même qu’un autre d’exercer un quelconque pouvoir sous quelque prétexte que ce soit. Là, c’est carrément idéaliste et même déconnecté, je vous l’accorde. Et contradictoire par rapport à tout ce que je dis autour, mais j’ai jamais dit que je serai cohérente. Ouais, ça fait beaucoup d’anti. Et pour moi, si libertaire est utopiste, l’utopie n’est pas irréalisable. Et le pire, c’est que j’y crois.

Ces discussions, je les ai eu avec une pote de fac qui a manifestement des idées d’extrême gauche (quand on parle des réformes « sociales », elle est à l'opposé des décisions politiques actuelles, pour situer le truc, elle est aussi pour le blocage de facs, par exemple) mais qui vote à droite. Elle a voté Sarkozy, assume, et me dit que si c’était à refaire, elle le referait sans hésiter. Et qu’elle le réélirait. Ai essayé de lui faire comprendre le paradoxe total de sa démarche, elle n’a pas l’air de saisir. Tant pis pour elle. Qu’elle reste avec ses « dans ma famille, on a toujours voté à droite ». Bref.

Il y a Coloc’ aussi. Individu extrêmement influençable dans tous les domaines. Qui ne fait que te recracher ce qu’il a entendu. Du TF1 en boîte, évidemment. Parce que si tout le monde regarde le journal de vingt heures, c’est qu’il y a une raison, c’est que c’est le plus mieux. Et Vingt minutes, c’est neutre puisque c’est gratuit. Et pourquoi tu vas à ce concert alors que c’est pas connu ? Et Disney, ça, c’est du vrai dessin animé. Et les caméras de vidéosurveillance, c’est pour notre bien. Et un monde sans bourse, ça ne marcherait pas. Et le but de la vie, c’est le bénéfice.

Sur ce, je vais me coucher. Désespérée.



Météo intérieure
 :
Nuit blanche

Dans les oreilles
 :
Alela Diane - Tired Feet

Sous les yeux : MSN

Publié dans Soliloques

Commenter cet article

Gromitflash 23/04/2008 18:49

Je suis aussi désespéré que toi, ça donne envie de conspuer cette populace ignarde qui vote strictement à l'opposé de ses intérêts et qui suit le troupeau.

Oui moi aussi mes compatriotes m'ont dégouté à voter pour Sarkozy à 53% et tous ceux avec qui j'en ai parlé n'avait que deux arguments :

1) "Mais c'est un mec bien et et et ...
_ Tu regardes quoi comme chaine ? :p
_ Ben normal quoi, TF1, M6 ..."

2) "Mais Ségolène c'était une conne !
_ Tu regardes quoi comme chaine ? :p
_ Ben TF1, M6 ..."

La seule personne sensée que j'ai vu voter Sarkozy est déçue par les réformes sur les impôts (notament la succession) et ne recommencera plus.

Plus que 4 ans :S

Zizanie 23/04/2008 19:15


Quatre ans... t'es optimiste, toi. ^^
Bon allez, je vais essayer de l'être aussi. Il parait qu'on apprend de ses erreurs, j'espère que la "populace ignarde" le sait.

Cela dit, le PS pour moi, c'est la droite modérée. Donc je ne trouve pas forcément mes intérêts là-dedans. Et je déteste faire un choix par défaut.
Mais chacun voit midi à sa porte.
(Putain, depuis le temps que je voulais la caser, cette expression à la con ! Je suis fière de moi, euh faut pas faire attention hein, c'est rien, je ne voudrais pas faire peur, oui je sais, ma
piqûre...)


KannTo 23/04/2008 16:02

Juste l'impression de lire un alter-ego ('tain, ce que ça fait du bien).
Mais je pense que l'esprit critique, ça peut s'inculquer : totu le monde en est capable, il faut juste que le monde veuille bien accepter d'apprendre (mais c'est trop dérangeant).

"Des gens qui passeront complètement à côté. Et qui pourront vivre très heureux quand même. Il est justement plus difficile de l’être quand on en est pourvu." > voilà, tu as résumé en deux phrases, ma détresse et ma prière quotidienne pendant une dizaine d'années : "je veux arêter de penser".
Et tu as sans doute raison ; on peut quand même. Mais à quel prix ... soit tu l'anesthésies, cette sensibilité, soit tu en meurs, réellement ou métaphoriquement ...

Quant à ta copine d'extrème gauche ... oO c'est désespérant et on est pas sortie de l'auberge ...

Zizanie 23/04/2008 17:08


Je pensais aussi que tout le monde était capable de développer son sens critique, mais plus ça va, et plus je me demande. Apprendre ne suffit pas, il faut surtout
apprendre à remettre en cause ce que tu apprends. Mais réfléchir, c'est trop fatiguant, et puis ça ne sert à rien puisque tout est prémâché.
J'en reste toujours persuadée, je suis juste un peu désespérée.